Lifestyle

ENCEINTE C’EST ZÉRO ALCOOL

9 septembre 2017

Aujourd’hui je prends la parole sur ce blog sur un sujet qui me tient particulièrement à coeur, l’alcool durant la grossesse.

Quand Santé Publique France m’a contacté pour prendre la parole sur le sujet de la grossesse et l’alcool, je n’ai pas réfléchie et dis oui tout de suite parce que cela m’a renvoyée à mes deux grossesses et au nombre de fois où j’ai dû me justifier parce que je ne buvais pas « même pas un petit verre« .

Déjà loin de moi l’idée de vouloir faire la morale aux futures mamans; enceintes on reçoit déjà assez de conseils et de pression. L’idée est plutôt de sensibiliser l’entourage qui reste la source no1 de conseil auprès des futures mamans.

Savez-vous par exemple que 56% de la population ne sait pas que la consommation d’alcool présente un risque pour le bébé!?! Ou pire encore, 35% fortestiment que boire un verre de vin ou de bière est moins dangereux pour la femme enceinte que boire un verre d’alcool
fort ! Et oui!

Et oui on ne s’en rend peut-être pas compte mais quand vous buvez un verre de vin enceinte, c’est 10 grammes d’alcool que le bébé ou le foetus absorbe directement. Et lui n’a pas le choix et les conséquences, même pour un verre peuvent être dévastatrices.

Pour ma première grossesse que j’ai annoncé tardivement, à plus de 6 mois, il m’a fallu trouver mille et une parades pour éviter l’alcool. Mais j’y suis arrivée. Du traitement aux antibiotiques, aux maux de tête ou encore la conduite de ma voiture. J’ai toujours réussi à déjouer habilement les propositions d’alcool. Mais le plus difficile fut ensuite, une fois la grossesse annoncée. Combien de fois m’a-t-on dit « oh un petit verre tu ne risques rien » ou « comment est-ce qu’ils faisaient à l’époque, regarde moi je ne suis pas morte » ou encore  » paraît que c’est même bon pour la santé ». Bref tout et n’importe quoi, ces petites phrases qui se veulent bienveillantes et qui ne le sont absolument pas. Non, enceinte c’est zéro alcool.

Il y a aussi cette situation cocasse lors d’une soirée pour mon blog où je ne voulais pas annoncer ma grossesse. Dès mon arrivée et sans que j’ai pu dire quoique soit on m’a mis un verre de champagne dans la main. Ne sachant plus que faire de verre encombrant, son contenu a fini dans le terreau de la plante qui trônait dans l’entrée. Ah ah pardon, pardon, imaginez la scène. Ni vu ni connu.

Au delà de la plaisanterie, les risques sont clairs pour le foetus: malformations, risque augmenté de fausse couche, empêche le bon développement du bébé (coeur, cerveau, bras, jambes, etc) ainsi que des altérations visibles plus tard comme le retard mental ou les troubles du comportement. Aujourd’hui la recherche est incapable de préciser à partir de combien d’alcool dans le sang nous mettons nos bébés en danger,  dans ce cas la seule décision à prendre est claire: abstention totale 0 prise de risque.

C’est une habitude à prendre pour soi  mais aussi pour les autres. Une sorte de code que l’on ancre en nous: NON, on ne minimise pas l’alcool durant la grossesse. En participant à cette campagne, j’ai appris par exemple que le SAF (syndrome d’alcoolisation foetale) touche encore aujourd’hui 1 bébé sur 1000 naissance. C’est encore trop.

Je suis certaine que cet article va parler à beaucoup de femmes qui me lisent, et j’espère que j’aurai sensibilisé celles qui pensent encore qu’un petit verre d’alcool n’a aucune conséquence sur un bébé, sur une vie.

Allez je vous embrasse et faites passer le message.

Des questions? Besoin d’aide?

Vous pouvez appeler et échanger gratuitement et anonymement sur Alcool Info Service

au 0 980 980 930 (7j/7 de 8h à 2h)

 

Article réalisé en partenariat avec Santé Publique France 

Vous aimerez aussi

57 Commentaires

  • Reply Victoire 9 septembre 2017 at 15:02

    Merci Stéphanie pour cette piqûre de rappel…
    J’ai du mal à comprendre que l’on doit se justifier lorsque nous ne voulons pas d’alcool, enceinte ou non d’ailleurs. Pour ma part je n’ai pas bu une seule goutte durant ma grossesse, j’ai eu quelques remarques mais j’ai toujours défendue mes convictions.
    Bon week-end à vous

  • Reply titine04 9 septembre 2017 at 16:30

    Perso j’ai tjs aimé « picoler » comme on dit par chez moi. Avec les amis autour d’un apéro ou d’un bon repas, à la maison autour d’une bonne viande. Je n’aime pas être raide, mais deux ou trois verres ça me fait plaisir. Par contre dès que j’ai appris que j’étais enceinte (à 15 j de grossesse) ça était STOP et NIET.
    Pas même un verre de cidre ou une gorgée de vin ou de bière du verre de mon mari.
    Quand je voyais certaines de mes copines boire un coup pendant leur grossesse et dire qu’un verre de vin ou une bière ce n’était pas la mort, je ne disais rien à part parler de ma manière de faire. Après tout ce n’était pas mon problème.
    Alors hasard ou pas, une a eu une petite avec un grave problème (résolu par une opération quelques jours après la naissance) ; pour la seconde, son premier a des soucis récurrents au niveau respiration ( rien de grave) et le deuxième a eu un pb gastrique résolu depuis par une opération également.
    Je ne sais pas s’il y a un lien de causes à effets mais comme je dis souvent « il n’y a pas de fumée sans feu ».

  • Reply Caroline 9 septembre 2017 at 16:49

    Je ne suis pas enceinte, et je ne bois pas d alcool… je n aime pas le gout… ni dans les gateaux,ni ds les plats…ni les forts, ni le vin, ni les digeos, ni la biere ( je suis coeliaque en plus!) ni le champagne… qd on me propose un verre et que je dis « vous avez quoi sans alcool? » Ou on me demande si je suis enceinte ou on insiste « allez un petit verre!!! » on pense que je sors des alcooliques anonymes!!! Et que j en suis à mon 134eme jour d abstinence… ca me soule!! ( hihihi!!)
    J ai 44 ans et ca fait 25 ans ou plus que je dois me justifier de ma non consommation…..

    Voilà… y en a marre!

    Caroline

  • Reply Sylvie;-) 9 septembre 2017 at 18:04

    Merci pour cet article.je suis enseignante en maternelle et il m est arrivé d avoir dans ma classe des enfants souffrant d’un SAF c est une catastrophe sur le plan des capacités intellectuelles !!!une amie sage femme qui est très cool a mis 3ans pour tomber enceinte, pendant 3ans entre la date possible d une fécondation et ses règles elle ne buvait aucune goutte d alcool ne sachant pas si elle était enceinte !
    Pour mes deux grossesses il y a 25 ans il n’y avait absolument pas de communication sur le sujet !que je suis contente de ne jamais boire d alcool mes enfants ont été protégés !(attention je ne dis pas qu une femme ne doit jamais boire d alcool on a toutes nos péchés mignons…moi c’est le chocolat )

  • Reply ginie 10 septembre 2017 at 19:27

    Bonsoir Stephanie.

    Je suis un peu abasourdie par les chiffres que tu annonces. C’est fou quand même. Le 0 alcool me parait tellement évident! Là ou je rebondis c’est que enceinte ou pas si tu refuses un verre d’alcool (je n’ai jamais bu d’alcool de ma vie et j’ai 35 ans) limite on te force. On essaie de te convaincre, on te dis « mais tu rigoleras mieux/plus »
    Oh mais les gars là, NON c’est NON. J’ai horreur qu’on me force la main pour quoi que se soit!!!
    Et sinon les verres de sodas , jus de fruits plus cher que la ptite mousse dans les cafés, bars… on en parle? Bref, je m’éloigne du sujet de la grossesse mais l’alcool et moi, ça fait deux!!

    Sur cette petite colère naissante lol je te souhaite une bonne fin de week end!

  • Reply Virginie 10 septembre 2017 at 19:46

    Je suis également enseignante (musicienne intervenante) et mes projets m’amènent à travailler dans des écoles maternelles et primaires différentes. Depuis quelques années, je vois de plus en plus d’enfants dont la maman s’est alcoolisée, voire TRES fortement alcoolisée pendant la grossesse. Comme tu le soulignes, cela engrange des retards mentaux, des troubles du comportement. Ce qui m’a le plus marquée, c’est cette petite fille, au visage si particulier qui caractérise ces enfants-là, et qui avait le regard d’une personne qui a un « coup dans le nez ». Sauf que elle, c’est son attitude. Elle a été prise en charge toute petite, avec des traitements spécifiques, car elle était dans un état de manque. Son comportement en classe s’est amélioré, mais ses retards intellectuels sont, en ce qui la concerne, irréversibles. Elle est marquée à vie…

  • Reply Sophie 10 septembre 2017 at 21:26

    J’ai été très surprise durant ma grossesse des quelques personnes ( heureusement peu nombreuses ) ne comprenant pas très bien pourquoi j’étais vraiment arrêté sur ce point qui m’était pourtant évident : Zéro alcool.
    Alors merci pour cette synthèse et ton engagement !

  • Reply willem 10 septembre 2017 at 23:37

    Article très pertinent mais qui soulève un point de société très important. La non-consommation d’alcool est vu comme un refus de toute existence sociale. Enceinte ou non.
    Je ne bois jamais ayant souffert dans ma jeunesse de l’alcoolisme d’un proche. Je ne suis pas du tout militante et accepte parfaitement que l’on consomme de l’alcool. J’assiste pour mon travail à de nombreux « pots », on me reproche souvent mon verre d’eau (je ne me résous pas à l’épouvantable jus d’orange bon marché censé plaire aux abstinents ;-) en soulignant mon manque de convivialité. Jamais je n’oserai reprocher aux autres le contenu de leur verre !
    Heureusement, mes amis trouvent charmantes mes « menthe à l’eau » en terrasse.
    Je trouve juste dommage que l’on doive se justifier ou trouver des subterfuges que ce soit pour boire ou non de l’alcool, manger ou non telle ou telle chose, porter tel ou tel vêtement. Le poids social est parfois bien pesant.

  • Reply Christelle 11 septembre 2017 at 6:35

    Coucou Stephanie. Cela faisait longtemps que je n’avais pas commenté ici. Je suis enceinte actuellement de 6 mois et évidemment (parce que pour moi c’est juste une évidence) 0% d’alcool depuis que je l’ai appris. Je me fous un peu que les gens pensent que je les juge car quand on a des amies (des vrais) on se doit de les conseiller. C’est ma 1ère grossesse mais je ne me suis pas gênée pour déjà faite la remarque a des amies à moi qui fumaient et buvaient pendant leur grossesse. Le « chacun se mêle de sa vie » je trouve ça très égoïste en fin de compte quand ce sont des personnes que l’on aime. Puis parfois les gens ne savent juste pas. De nature je bois peu car je bois par plaisir pas pour être déchirée. Alors oui chacun fait ce qu’il veut mais informer c’est gratuit et ça prend 2minutes dans une vie. Merci pour ton article.

  • Reply Anaïs 11 septembre 2017 at 14:02

    Il ne faudrait quand même pas confondre l’excès – qui peut bien entendu amener à des complications – et un verre ou deux sur 9 mois ! J’appartiens à une famille de médecins qui me riait au nez quand je leur répondais que non, cette coupe de champagne à Noël, je ne pouvais pas… Faudrait peut-être pas exagérer ! Bien sûr, on ne va pas se prendre une cuite mais un verre (très occasionnel) n’aura AUCUNE INCIDENCE sur le foetus (foi de mère de deux enfants qui a traversé deux Noël enceinte et dont les enfants se portent à merveille)… C’est un peu comme la polémique autour de la fessée : une fessée de temps en temps ne signifie pas que l’on bat son enfant.

    • Reply cHLine 19 septembre 2017 at 14:32

      STOP AUX APPELS « ouh lala la vilaine société culpabilise les femmes enceintes »' » Vous connaissez les risques ? et bien assumez-les certes, mais ne les défendez-pas.
      Vos propos illustrent parfaitement ce que dénonce la promotion de santé publique France… OUI ET OUI ET OUI UN VERRE D’ALCOOL EST DANGEREUX, que ce soit votre coupette à Noël ou votre petite bière en terrasse un bel aprem d’été indien; et les exemples du type « moi-je » « ma famille de médecins », ne sont pas des preuves scientifiques irréfutables. Contrairement aux études épidémiologiques menées par l’InVS…
      C’est quelque part refuser le progrès (oui, faire remonter les risques de consommation, est un progrès en médecin. Cela cela s’appelle même la santé publique, et c’est une discipline)… Après vous êtes libres de faire ce que vous voulez… mais votre foetus lui…

      • Reply cHLine 19 septembre 2017 at 14:36

        je voulais temporiser, parce que je me suis un peu fâchée. Enfin, tous les petits verres d’alcool ne sont pas forcement dangereux pour le bébé à naitre. Cependant, le principe de précaution est tout de même bien plus bienveillant que celui du « on verra bien ». Voilà. Pardon pour l’agressivité.

    • Reply Sylvie;-) 19 septembre 2017 at 22:54

      Les recherches actuelles ne permettent pas de déterminer quelle quantité et quelle périodes sont dangereuses et donc on préconise le 0 alcool… ça évite de jouer à la roulette russe…une telle réaction de médecins me laisse pantoise…

  • Reply Alice 12 septembre 2017 at 23:30

    Hello,

    Un peu à contre courant de cet article, il y en a un très intéressant sur le site de Rue89 en ce moment, qui cite différentes études remettant en cause les effets néfastes directs entre consommation d’alcool et problèmes pour le futur bébé. En effet, plsuieurs chercheurs n’ont pas pu trouver de lien statistique entre alcool / problème pour le foetus : les enfants suivis n’avaient pas plus ni moins de problème, quel qu’ait été la consommation de leur mère. Visiblement la seule certitude qui existe c’est plutôt sur l’alcoolisme et la surconsommation d’alcool et les risques pour le bébé. Bref, je vais plutôt rejoindre l’avis d’Anaïs !
    Surtout que ce discours est aussi très inquiétant et culpabilisant pour toutes les mères qui découvrent tardivement leur grossesse et ont bu sans savoir quelles étaient enceintes.

    • Reply MaudetMood 19 septembre 2017 at 20:54

      Tout à fait d’accord !
      Merci

  • Reply Marie 13 septembre 2017 at 21:16

    Pour répondre aux 2 messages précédents, 9mois sans alcool dans une vie pour préserver la santé et le futur de son enfant ne me paraît pas un un grand sacrifice.
    2grossesses et 0 alcool pour les 2 et bien j’ai survécu!!
    Je préfère la prudence et le principe de précaution que les regrets…

  • Reply Alex 14 septembre 2017 at 9:49

    Alice et Anais, je vous rejoint également. On est bien d’accord que se mettre « sur le toit » pendant la grossesse est inimaginable, néanmoins, pour avoir également vécu 2 Noël enceinte, mes enfants n’ont pas souffert de la coupette de champagne bu pour l’occasion…
    Ce message de prévention est très bien et il certainement nécessaire pour certaines, néanmoins je le ressent comme une énième culpabilisation de la part des « bonnes mères » vis à vis des « mauvaises mères » (dont je fais partie, vu que j’ai bu un ou deux verres pendant mes grossesses et qu’en plus je n’ai pas allaité, oh mon dieu, il faut prévenir la DASS, non? »…

    Après, je ne fais pas l’apologie de la consommation d’alcool pendant la grossesse, chacune fait comme elle l’entend avec sa conscience… Mais, dans les commentaires, ces jugements à peine voilé sur le degré d’inconscience de celles qui osent franchirent la ligne une fois à le don de m’agacer et est de plus en plus présent dans notre société…

    • Reply MaudetMood 19 septembre 2017 at 20:55

      Merci

  • Reply Anaïs 14 septembre 2017 at 15:18

    Merci, Alice & Alex! Cette société moralisatrice à l’excès et ces discours de censeurs férocement intransigeants ont également le don de m’agacer… Je vois que nous nous comprenons entre « mauvaises mères » ;)

  • Reply Caroline 18 septembre 2017 at 21:00

    Je n’ai jamais été enceinte et ne suis pas alcoolique mais il me semble important de partager également cette information là: http://www.slate.fr/story/124884/terroriser-femmes-enceintes

  • Reply Brunette_violette 19 septembre 2017 at 14:17

    Décider d’avoir un enfant, de donner la vie n’est pas à prendre à la légère et donner le meilleur pendant neuf fois à cette vie qui grandit en nous devrait être une priorité. Quel intérêt de prendre le risque de prendre une coupe de champagne quand on voit les conséquences que ça peu avoir…. C’est comme la cigarette. Mais il y aura toujours des gens pour se trouver une excuse pour justifier la coupette bue malheureusement….. C’est bien de relayer tour ça en tout cas bravo

  • Reply Juju 19 septembre 2017 at 14:18

    Pour moi préconiser le 0 alcool c’est juste une’manière simple d’alerter les gens sur les risques d’une consommation d’alcool trop élevée durant la grossesse.
    Au final chacun fait ce qu’il veut non ?
    Dans ma famille les femmes enceintes boivent un petit verre aux grandes occasions. Et je trouve ça bien.
    Il y en a assez de la moralisation constante, que ce soit des femmes enceintes mais de tous les citoyens.
    Une consommation exceptionellendalcool durant la grossesse n’a pas d’effet négatif sur le développement de l’enfant.
    Au lieu d’un militantisme envers le 0 alcool je milite pour une responsabilisation des gens :D

  • Reply Céline 19 septembre 2017 at 14:20

    Ayant accouché il y a 8 mois, ça m’a parue évident que je ne boirais aucune goutte d’alcool pendant ma grossesse. Pour moi c’est très grave d’en boire enceinte, ma grand-mère voulait que je prenne du champagne « un petit fond c’est rien  » m’a t-elle dit, ça m’a choqué et évidemment que j’ai refusé même si j en avais envie.

  • Reply Charlotte 19 septembre 2017 at 14:31

    J’ai fais un déni de grossesse l’an passé, je me suis rendue compte de ma grossesse a presque 7mois. Mais heureusement je ne bois pas du tout d’alcool. En revanche, je n’ai donc pas pu faire attention à la litière du chat, j’ai manger de la viande sûrement pas assez cuite, et sûrement une tonne d’autre choses. Dieu merci mon fils est en pleine santé. Merci pour cet article.

  • Reply Sonja 19 septembre 2017 at 14:32

    Bonjour, je fais parti de ces femmes qui ne fument pas ne bois pas pour ne pas agresser mon corps d’adulte alors enceinte portant en moi la vie d’un petit être fragile qui n’a besoin que de bonnes choses pour pouvoir grandir se développer le mieux possible je n’arrive pas à imaginé une seconde prendre un risque pour sa santé .

  • Reply Julia 19 septembre 2017 at 14:45

    Merci pour ce post !! Je trouve que trop de personne miniminise les dangers de l’alcool pendant La grossesse et je suis heureuse de voir Que La prévention continue !

  • Reply Maya 19 septembre 2017 at 14:53

    Bonjour, je ne commente pas habituellement mais là j’ai envie de partager ma réflexion sur ce sujet.

    Tout d’abord je suis toute à fait d’accord sur les discours culpabilisant de la société sur la grossesse et sur la définition d’une bonne ou mauvaise mère. L’obligation de donner le sein, l’image heureuse(et surtout pas triste) qu’on doit avoir qd on est enceinte, je la trouve moralisatrice au possible et très agaçante.
    Alors oui un verre ou 2 n’a peut être jamais tuer personne mais je peux vous garantir que la culpabilité que certaines femmes ressentent quand on (je dis on parce que j’en ai annoncé et mes collègues aussi) annonce une prise en charge lourde et invasive pour leurs foetus (et elles-mêmes ), elle est palpable et elle change tout car c’est tous les projets qui sont boulversés.
    Alors Anaïs , Alice et Alex je suis vraiment ravie pour vous. Tant mieux et je ne vous souhaite pas ça. Parce que la tristesse, la peur et la culpabilité que j’ai vu dans les yeux des couples que j’ai accompagné au moment de cette annonce, je la souhaite à personne.
    Si vous arrivez à vivre avec ce « et si » , alors allez y buvez du champagne à Noël , ne vous privez pas, sachez juste que ça n’arrive pas qu’aux autres.
    Maya

  • Reply Stassiaux 19 septembre 2017 at 15:03

    Je suis Maman de trois enfants , et accessoirement infirmière ….
    je ne bois pas d’alcool … jamais .. et enceinte cela ne me serait pas venu à l’idée . Bravo d’avoir pris la parole à ce sujet ! Les risques sont réels, connus , et clairs dans les différentes études menées ces dernières années. Il en va de la santé de nos enfants et avant Ca de leur développement in-utero . Boire une goutte d’alcool est un risque pour son enfant. C’est dramatique que la population ne soit pas encore sensibilisée à 100 pour cent en 2017 ..

  • Reply carefours 19 septembre 2017 at 15:05

    Je suis étudiante en orthophonie et je peux vous certifier PAS D’ALCOOL QUAND ON EST ENCEINTE et quand on allaite aussi !!!!!!
    Quand on a la théorie on comprend déjà bien les conséquences mais quand on voit les dégâts en pratique durant les stages je peux vous re re certifier pas d’alcool lors que l’on souhaite donner la vie (et si possible aussi pas de cigarette !)
    SVP c’est 9 mois d’abstinence pour 85 ans de vie ensuite (espérance de vie moyenne).

  • Reply Stef 19 septembre 2017 at 15:15

    Bonjour Stephanie, comme je suis heureuse de lire cette article. Je suis maman d’une fille de 10 ans et déjà à l époque je passais pour un ovni de ne pas boire une goutte d’alcool (ça va te tuer une gorgée de champagne, j’ai des enfants normaux et pourtant j’ai bu a des apéros etc ..) et je refuser qu’on fume autour de moi enceinte ! On me disait que j’en faisais trop … mais bien au contraire rien n’est trop quand il s’agit de donner la vie ! Quand je vois une mère fumer ou boire enceinte je lui demande si ça lui viendrait à l’idée de mettre de l’alcool dans son biberon ou de tendre une cigarette à son bébé ? Ben NON et ben enceinte c’est pareil !!!
    Je trouve cette attitude égoïste et arbitraire.
    J’espère que cela ouvrira les yeux de futures maman et de leurs entourages .
    Merci pour l’article
    Stef

  • Reply Luckydamlidou 19 septembre 2017 at 15:47

    C’est tellement évident comme la cigarette c’est quoi 9 mois dans une vie ? Quand vous avez perdu votre etre que vous avez porte et que vous avez pris soin de ne rien boire et encore moins de fumer … Ca me révolte que certaines femmes boivent ou fument sans qu’aucunes conséquences leurs soit du … pourquoi vouloir mettre en danger ce bebe ? Pour son plaisir personnel ? Désolée je vais être dure, ce ne sont pas des mamans. Quand elles auront vu un bebe dans une chambre mortuaire peut être que ca pourraient leurs faire réfléchir. Zéro alcool et zéro tabac c’est une évidence et il n’y a rien à ajouter.

  • Reply Jessica 19 septembre 2017 at 15:53

    J’ai une autre réflexion entièrement… je viens sur ce blog pour des idées de mode, de connaître des nouvelles marques, etc. Que les bons plans ont cédé leur place à des marques trop chères depuis longtemps, ok. Mais maintenant des articles moralisateur ? Les commentaires sont jugeants, le ton de cet article aussi. Je vais chez mon médecin pour des conseils sur ma santé. Je pense que ce sera ma dernière visite ici.

  • Reply Margot 19 septembre 2017 at 16:44

    Je n’ai jamais été consommatrice d’alcool, j’ai 30 ans et je n’ai jamais pris de cuite de ma vie, même dans mes années « boite de nuit » je me servais de mon ticket conso inclus pour prendre un bon verre de coca bien frais histoire de bien se désaltérer! Je passais pour une extra terrestre aux yeux de tous! « Bah oui mais j’ai soif moi! Je danse! J’ai besoin de boire à gros goulot, et l’alcool ça se sirote, c’est clairement pas un truc à boire quand t’as vraiment soif  »
    Alors oui il m’arrive de boire une lichette de vin pour accompagner mon fromage, ou bien un petit cocktail en terrasse avec les copines mais on peut clairement s’en passer.
    Je suis en début de grossesse et dès que j’ai su que j’etais enceinte plus une goute. Idem pour la cigarette. Je n’étais pas une grande fumeuse non plus mais je fumais 2 ou 3 clopes par jours, et dès que j’ai su que j’attendais un baby je n’y ai plus touché et ça ne me manque même pas. Comme quoi!

  • Reply Aurore 19 septembre 2017 at 16:46

    C’est juste 9 mois a faire attention et a se priver de certaines choses. 9 mois ce n’est pas le bout du monde, on aura tout le reste de notre vie pour boire un coup. Faut aussi penser que ça passe dans le sang du bébé. Vu l’effet de l’alcool/cigarette/drogue sur nous, imagine l’effet sur un si petit être.
    Cette enfant a été désiré donc pourquoi lui faire du mal alors qu’il n’est pas encore là.
    Je plussoie cet article. Merci Stéphanie.

  • Reply Anne-Marie 19 septembre 2017 at 17:22

    Bonjour Stéphanie,
    Bravo pour cet article ! Lorsque j ai appris ma grossesse , je ne me suis pas posé la question un seul instant : il n’était plus question de boire une goutte d’alcool. Et même dans mon entourage , c était tranché ! Une chance si on lit certains commentaires. On ne m’a jamais reproché durant les apéros ou soirée d été de ne pas trinquer avec une coupette ou un vin de vin … ce n’est en rien un sacrifice , c est une évidence !
    N avez vous jamais vécu le verre d alcool ( le seul verre bu) qui vous assomme et vous retourne l estomac parce que vous n avez pas mangé ou que vous êtes très fatiguée … imaginez ainsi l’effet d’une seule gorgée sur un fœtus …
    Bien heureusement ce blog ne traite pas que de mode ou Déco …
    Encore bravo et merci !!!

  • Reply Claire 19 septembre 2017 at 17:25

    Cela me paraît tellement normal de ne pas consommer d’alcool pendant la grossesse que je suis choquée que certaines femmes puissent en consommer…. et encore plus que leur proches puisse leur en proposer . Jai accoucher il y a un peu plus de 2 mois d’une petite fille poids plume (1,850kg à terme) . Heureusement elle n’a aucuns problèmes mis à part un gros retard de croissance . Si en plus j’avais pris de l’alcool (même un verre ) je m’en serais longtemps voulu …

  • Reply alex 19 septembre 2017 at 17:33

    Et bien et bien…. Je reviens faire un tour par ici suite à « l’appel » de Stéphanie sur son Instagram, invitant ses abonné(e)s à venir commenter son article.

    Je vois que la bienveillance et le respect de l’autre sont à l’honneur, cela fait chaud au cœur!

    Puisque je suis jugée, je souhaite verser à mon dossier que mes coupettes de champagne ont été bues avec l’entière bénédiction de mes médecins (différents à chaque grossesse). Mes enfants étant nés en 2011 et 2013, la prévention et les études étaient déjà réalisées et connues. Et bien Mesdames, sachez qu’en CHU il existe des obstétriciens qui « autorisent » leurs patientes de boire de l’alcool en faible quantité et de manière exceptionnelle.
    Ma sœur quand à elle a eu 3 grossesses étalées sur 15 ans, le même obstétricien, qui ne lui a jamais tenu le même discours à aucune des 3 grossesses.
    Enfin, j’ai une amie qui n’a jamais bu de sa vie qui à donné naissance à une enfant déficiente mentale pour laquelle les médecins sont incapables de poser un diagnostique 4 ans après…

    J’arrête là avec les « moi je », ma sœur, ma copine », « mon médecin » déjà reprochés plus haut, je n’ai pas la science infuse, contrairement à certaines apparemment, je me base juste sur mon vécu.

    Effectivement, la consommation non maîtrisée d’alcool est dangereuse pendant la grossesse, mais aussi avant, après, sur la route etc… Comme le tabac, comme les drogues, les pesticides….

    Certaines d’entre vous ont vécu des expériences douloureuses dans leur vie privée et professionnelle, et j’en suis navrée pour elle.

    Mais le jugement, le mépris, la méchanceté de certains commentaires me sidère…

    Oui, j’ai bu enceinte. Oui, j’ai pris cette liberté. Oui, j’assume entièrement mes actes. Et en aucun cas je ne me laisserai juger par qui que ce soit, peut importe son expérience perso ou pro.

    Je suis une bonne mère, certainement aussi bonne (voir même meilleure quand je lis la méchanceté de certaines) que celles qui s’auto félicitent de faire partie de la « bonne équipe ». Je n’ai pas besoin de l’approbation de la société pour savoir que j’offre une belle vie à mes garçons, qu’ils sont heureux et en pleine santé.

    Vous défendez une éthique, une valeur morale et c’est tout à votre honneur.

    N’oubliez néanmoins pas dans votre combat une valeur toute aussi importante qui est le respect de l’autre et de sa liberté de pensée.

    Stéphanie, libre à toi de publier ou non mon commentaire.

    • Reply cHLIne 21 septembre 2017 at 14:12

      Excusez-moi Alex, mais je ne vous comprends pas bien… Je ne vois pas en quoi la santé est une question de « liberté de penser ». Je vais vous paraitre sans doute un peu folle, mais s’il y a bien un domaine où il FAUT juger c’est bien en médecine et en santé publique. S’il y a bien un domaine où la morale a un rôle à tenir, c’est bien là. Vous confondez, je pense, les notions de « respect ». Respecter un choix -en toute connaissance de cause- est bien différent. (et préférable je suis d’accord)
      Alors, je ne sais pas qui sont les médecins dont vous parlez, mais tout diplômés qu’ils soient, ils sont criminels avec leurs conseils (oui le mot est fort). Sachez, du moins en France, que la plupart de nos médecins sont nuls en prévention et en santé publique. Nous avons tord de leur accorder la science infuse…
      Je ne vois pas pourquoi, je serai un monstre du jugement ou un suppôt de la morale que d’affirmer qu’enceinte, il vaut mieux éviter de boire de l’alcool parce qu’il y a des risques pour le bébé à naitre. Et comme on ignore encore beaucoup de choses à ce sujet, de préconiser le zéro alcool. Concernant les femmes qui sont plus ou moins dépendantes…ceci est tout autre chose. La publi de ce blog est une information de santé publique, c’est à dire, destinée à toute la population. Les femmes dépendantes sont une sous-population à traiter bien différemment car, de fait, elles ne se sentiront pas concernées (c’est du vocabulaire d’épidémio, on se calme, pas un jugement de valeur). Et je suis d’accord avec vous Alex, que leur agiter sous le nez la liste des maladies que risquent leurs enfants est affreux… et INUTILE. Elles ont besoin d’accompagnement, de compréhension et surtout de ne pas être jugées. Là oui. je suis OK.
      Mais les autres… celles qui savent… celles qui n’ont pas ce soucis. (ou ceux, j’y inclus les médecins) Alors dans ces cas-là, désolée, si la seule « morale » peut intervenir là où la promotion ne réussit pas…

  • Reply Kaki 19 septembre 2017 at 18:19

    Je n’ai pas d’avis sur ce sujet, je ne bois pas jamais du coup, la question ne s’est pas posée pendant ma grossesse fort lointaine (il y a 20 ans, il y avait beaucoup moins de « precautions ») mais je pense que ma mère a du boire (il y a 40 ans imagine) durant sa grossesse, je vais lui demander tiens!
    Bref, c’est courageux de ta part de t’attaquer à ce sujet un brin touchy et je me garderais bien de dire à qui que ce soit de faire comme si ou comme ça, on est aujourd’hui je trouve assez informés sur ce sujet.

  • Reply KRO 19 septembre 2017 at 19:32

    On demande aux femmes enceintes de ne pas boire d’alcool pendant 9 mois… Oh mon Dieu!

    Qu’est-ce que 9 mois dans une vie? Toutes les femmes enceintes connaissent ou sont mises au courant des risques de l’alcool pendant la grossesse (oui mesdames, même juste un seul petit verre de rien du tout bu au mauvais moment peut engendrer de graves conséquences). Vous ne pouvez pas vous retenir de boire un verre pendant 9 mois?
    Ce qui me pose problème avec ce débat, c’est que tout le monde sait que c’est mauvais(pour la santé, enceinte ou pas), mais parce qu’on parle de consommation d’alcool et que cette dernière est tellement ancrée dans la société, considérée comme normal (pour preuve, vous pouvez compter le nombre de remarques qu’on vous fait quand vous ne buvez pas, comparé à l’inverse) on a le droit à des débats du genre. Tout le monde essaie avec son petit mot de (se) déculpabiliser, oui mais, mais peut-être que….

    NON NON NON ! L’ALCOOL C’EST MAUVAIS POUR LA SANTE.

    Pensez bien que pendant que vous buvez votre petit verre tout chou tout mignon, votre ENFANT en reçoit que les effets négatifs, vous lui faites du mal et lui ne peut pas se défendre (on a déjà entendu ça pour d’autres débats!) —Oh mon dieu elle a osé—

    Je trouve ça grave d’essayer de se déculpabiliser alors qu’on parle de 9 mois dans une vie, cet enfant vous l’avez voulu. Aimez-vous et faites-vous du bien (et si vous pensez que l’alcool vous fait du bien, on est sur un autre débat)

    Merci Stéphanie de défendre cette cause, qui a plus que jamais besoin d’aide!

    (Si ce message ne convient pas, je te laisse le soin de l’effacer, mais j’avais besoin de l’écrire)

  • Reply MaudetMood 19 septembre 2017 at 20:47

    Bonjour Stéphanie,
    Loin de moi l’idée de vouloir vous scandaliser ou autre … mais comme vous nous invitez à réagir sous cet article je me permets.
    Je suis enceinte de 4 mois. C’est une grossesse désirée mais pourtant … je ne le vis pas du tout comme je l’avais imaginé. Je suis terrifiée par l’avenir de maman qui m’attend mais surtout je me questionne sur plein de choses : est ce que je vais me sentir moins libre ? Comment je vais gérer mon corps ? Etc… les réactions de mes proches et moins proches ne m’aident pas. C’est merveilleux un enfant donner la vie blabla… peut être mais cest Aussi une aventure, un plongeon dans l’inconnu et une épreuve physique et mentale en tout cas pour ma part.
    Alors quand on parle des interdits etc … Ca me rend dingue. Plus personne ne m’adresse la parole normalement, tout le monde a un conseil à donner. Cest gonflant fatiguant …

    Je suis infirmière , dans un service de greffe hépatique , les dangers de l’alcool chez les adultes comme durant la grossesse JE LES CONNAIS. Alors je crois qu’après cest à MOI SEULE DE FAURE UN CHOIX , un houx éclairé, en toute connaissance de cause donc. Si je souhaite boire un verre de temps en temps je le fais en sachant a quoi je risque. Point. Et je n’ai aucune envie d’entendre l’entourage, les blogueuses ou autre de me dire quoi faire.
    Mon corps m’appartient.

    Voila .. je ne sais pas si j’ai été clair dans mes idées.

    Respectueusement .
    Maud

  • Reply Marionbm 19 septembre 2017 at 20:52

    Merci pour ce genre d’article!! C’est telllement bien de profiter de sa notoriété en tant que blogueuses pour parler de choses serieuse aussi

  • Reply Lola 19 septembre 2017 at 21:04

    Que de moral, d’injonctions, de jugement selon des valeurs intimes…on porte la responsabilité une fois de plus sur les mères mais on n’aborde pas le sujet des gènes transmis pas le père ?!!d’après tout ce que j’ai pu lire , personne n’en parle jamais de ses habitudes à lui , de ce qu’il peut transmettre via ses genes et de l’incidence que cela peut avoir, lors de la construction fœtale…un enfant c’est une équation X + Y..et peu importe la méthode!

  • Reply Celine 19 septembre 2017 at 21:36

    JAMAIS je n’aurais pu boire un verre pendant ma grossesse je ne buvais plus d’alcool à partir du moment où je voulais un bébé ´)
    Je trouve les personnes vraiment inconscientes de boire pendant leur grossesse c’est pour moi INIMAGINABLE

  • Reply Seven 19 septembre 2017 at 22:03

    Bonsoir à toutes,

    C’est un article intéressant, mais pas courageux, puisqu’il s’agit là d’enfoncer une porte ouverte:
    Boire enceinte, c’est mal, fumer aussi. La guerre, les pesticides, taper, c’est mal aussi.

    Alors bon, le message n’est pas encore passé chez tout le monde? Ni clopes, ni alcool pendant 9 mois, il y’a encore des gens qui l’ignorent?
    Je ne crois pas, non. Pas dans « notre génération ».
    Par contre, dans cet article un poil moralisateur (bien moins que dans les commentaires première de classe), il n’est jamais fait état du fait qu’une dépendance ne se chasse pas d’un coup de baguette magique. Oui, les fumeuses sont de vilaines personnes qui puent, les alcooliquesur aussi, bouh!!!! Qu’on leur retire leur enfant!!!
    Non, mais ça va pas????
    Perso, comme bon nombre d’entre vous, j’ai rien bu, pendant mes 2 grossesses, parce que….
    C’était facile.
    Je n’aime pas trop boire, je n’y connais rien, c’est pas mon truc.
    J’ai extrêmement diminuer la cigarette. J’étais fiere parfois de ne pas fumer pendant un jour.
    Parce qu’une dépendance, c’est une MALADIE. Parce qu’une fois qu’on est dedans, on ne choisit plus, parce que c’est très dur. On fait des efforts. On essaie. On a besoin d’être encouragé, aidé. Et non pas jugé.
    Il n’y’a pas longtemps, dans les commentaires, les filles parlaient « nivellement par le bas ». Je ne sais pas. En tt cas, l’idéal de tolérance prôné par ce blog disparaît toujours un peu plus ds le lectorat.
    On ne pas peut pas être « pour l’alcool et la cigarette », encore moins concernant une femme enceinte. Ce serait absurde.

    Reste que c’est un article et surtout des lectrices qui font une colonne bonne mère et une colonne stigmatisant et et méchante.

    Est-Ce qu’on parle du surpoids mauvais pour la santé, favorisant les grossessese à risque?

    Maigrir, pour certaines, c’est aussi difficile que d’arrêter de fumer. La dépendance, que ce soit à la nourriture, l’alcool, la clope, le café, c’est mal. Et la personne qui en souffre se débat pr faire au mieux et préserver ses enfants, au mieux.

    Ce serait chouette qu’on respecte tout le monde. Qu’on soit encourageante. Là , en lisant les commentaires, j’ai l’impression que je devrai refiler mes enfants en famille d’accueil et envisager la rehab’

    Je suis désolée pour ce commentaire un peu long. J’aime l’idée que ton blog se diversifie, j’aime profondément les débats et au final, l’article en soi était plutôt bienveillant, hormis quelques maladresses. Le problème, c’est ce besoin irrépressible qu’on les femmes de se juger entre elles, de faire débat et arguments là où il est peut-être parfois question de souffrance et maladie. De vouloir se rassurer en écrasant les autres, alors qu’ensemble, nous serons certainement plus forte.

  • Reply Donka 19 septembre 2017 at 22:03

    0 alchool pandant la grossesse et l’allaitement s’il suit, c’est évident comme la lumière ! Les futures mamans qui osent y goûter ou meme juste tremper leur levres dans un verre d’alcool sont portées par un brin d’égoïsme ou de l’inconscience.
    L’alcool ne m’intéresse pas personnellement mais comme tu dis Stephanie, c’est le minimum sydical en l’arrivée d’un bébé !

  • Reply Florence 19 septembre 2017 at 22:05

    J’ai toujours pensé qu’être alcoolique , ce n est pas de picoler a l excès. Etre alcoolique pour moi ,c ‘est ne pas arriver à se priver même d un seul verre de vin .
    Parce qu on en a besoin , parce qu on est mieux après, desinhibée,parce qu on est moins angoissée etc…
    Parce que le goût , n allez pas me dire , ce n est pas bon, c est juste l ´ivresse , la tête qui tourne, etc qu on recherche , comme le goût du tabac ou du café la première fois qu on en prend.
    Si enceinte ou pas enceinte, un jour , on en peut pas refuser un verre d alcool, ce n est pas comme refuser un gâteau ou un croisant parce qu on est gourmande , c est qu on a une addiction au produit.
    Les campagnes anti alcool m’ ont toujours fait halluciner , ok il y en a un qui ne boit pas , c ´est cool
    Par contre ,les autres allez-y , du moment que vous avez un conducteur pour vous ramener, dechirez-vous, mettez-vous minable,youhou!
    En ce qui concerne les femmes enceintes, il y a 30 ans on etait super bien briefées : pas d’alcool, pas de café ni de thé.
    J ai comme l impression qu actuellement les jeunes passent à côté de pas mal d’infos de santé, ou tout simplement de bon sens. Mais c est vrai qu’il n y a pas d applis sur tout .. ( je me moque;-))

  • Reply Lee. Ne 19 septembre 2017 at 22:15

    On peut dire tout ce que l’on veut mais prendre le risque de boire pendant sa grossesse c’est comme prendre le risque de ne pas attacher son enfant en voiture… Apres chacun vit avec sa conscience…

  • Reply Jessica 19 septembre 2017 at 22:45

    Wooowwww… curieuse, je lis ton article et les chiffres que tu annonces me paraissent aberrant ! Et puis je lis les commentaires divisé, et puis je me souviens que pour ma première grossesse ma gynécologue m’a effectivement maintenu qu un verre à titre exceptionnel n était pas bien grave ! Tu noteras que concernant la maternité, professionnels comme parents, les prises de position sont très souvent divisées et passionné parce que personne n’aime se remettre en question sur ce sujet. L’alcool pendant la grossesse, la cigarette a l intérieur, la fesse et j’en passe… bref le chemin est encore long ….

  • Reply Mrs Lil'Biscuit 19 septembre 2017 at 23:23

    Suite à la vidéo sur instagram j’ai eu envie de témoigner…
    Je suis tombée enceinte de mes jumelles autour du 15 décembre. Pas de bol durant les fêtes de noël et nouvel an je ne me suis rendue compte de rien bien sûr… Alors disons que j’ai bien fêté les fêtes
    On a su que j’étais enceinte le 5 janvier après plus de 2 ans d’attente. Quelle surprise et quel stress du coup en pensant aux fêtes de fin d’année… vive le chartreusito ! Ou pas…
    J’ai eu la chance d’avoir une gynéco qui ne m’a pas culpabilisé et qui m’a expliqué que c’était l’après qui était important.
    Je pense que je l’aurai mal vécu s’il y avait eu un souci.
    Je n’ai bien sûr pas retouché une seule goutte d’alcool jusqu’à la fin de mon allaitement.
    J’ajouterai qu’il n’y a pas que l’alcool. Il y a aussi la cigarette. J’ai vu ce que ça pouvait faire sur moi petite (merci maman) ainsi que sur les filles d’une amie… C’est rude

  • Reply Charlotte l 20 septembre 2017 at 1:14

    Je trouve ça dingue que dans une société, ça soit si important de boire de l’alcool… je ne bois jamais d’alcool, pourtant m’a famille en consomme et certains disaient« tu aimeras en grandissant, ect… ba non j’aime pas, ça m’apporte rien et ne change rien à ma vie, et m’a grossesse du coup j’ai pas eu ce soucis là.

  • Reply Severine 20 septembre 2017 at 8:21

    Hello,
    Maman de 2 enfants je n’ai pas touché une goutte d’alcool (applaudissements svp) bonne ou mauvaise mere ? Là n’est pas la question, on parle de son bébé et non de son petit nombril…
    Boire de l’alcool pendant sa grossesse est un sujet houleux mais trop important pour le passer sous silence. Alors, loin l’idée de moi de moraliser les futures mamans… mais pourquoi prendre un risque pour une coupette d’alcool ? 9 mois sans alcool, sans cigarette, sans sushis, sans sexe (oui oui pour certaines c’est le cas). ce n’est pas la mort! Après chacun fait ce qu’il veut c’est sûr mais l’alcool n’est pas une fin en soi, non?
    9 mois pour protéger son bébé ce n’est rien, alors imaginez si nous devions être enceinte 24 mois !! Sensibiliser est une bonne chose et les choses doivent avancer….
    Allez salut les meufs

  • Reply Cécile 20 septembre 2017 at 11:27

    Un petit passage par là suite à l’intervention de Stéphanie sur Instagram ! J’avais déjà lu cet article je n’ai pas commenté parce que pour moi ce message ne me concernait pas étant donné que je n’ai pas encore eu d’enfant et que ce n’est pas encore dans mes projets, mais je l’avais trouvé extrêmement censé voir même évident!
    Alors je voudrais répondre à celles qui disent que l’on culpabilise les femmes enceintes qu’elle ne peuvent pas vivre qu’on leur interdit trop de choses… oui c’est vrai je vous l’accorde c’est très compliqué aujourd’hui il y a beaucoup de restrictions beaucoup d’interdiction mais ne serait-ce pas à ce moment là notre rôle en tant que membre de la famille ou amis de les aider? J’ai eu des femmes enceintes dans mon entourage et à ce moment là je me suis dit que c’était déjà assez compliqué pour elles pour leur faire vivre plus de pressions.. alors je ne dis pas qu’il faut s’arrêter de boire ou de vivre pour elles mais en revanche leur prévoir des petites choses pour elles comme une petite orangeade a l’apéro ou une viande un peu plus cuite lors d’un repas tous ensemble c’est tellement simple! Après tout ce n’est que 9 mois (et encore pour nous peut-être plus 6 le temps qu’elles nous l’annoncent ^^) et en plus si ce sont vraiment des proches leurs petits bébés nous allons les aimé également et nous voudrons qu’ils aillent bien!
    Alors un peu de bienveillance dans ce monde ça ferait tellement de bien si on était plus gentille et plus attentionnée entre nous… et un peu de bienveillance avec Stéphanie aussi ce n’est pas parce qu’elle est blogueuse et qu’elle exprime son opinion et quelque chose qui lui tient à cœur qu’il faut lui sauter dessus non plus..
    Allé des bisous bienveillants

  • Reply Anne-Laure 20 septembre 2017 at 13:00

    Bonjour
    Idem ici : un verre ça ne fera de mal à personne ! Fœtus inclus. Et je répondais invariablement : a ce jour, il existe des étapes de développement du fœtus durant lesquelles la moindre ingestion d’alcool est catastrophique OR on ne sait dater précisément ses périodes donc 0 alcool. Et, souvent les femmes, insistaient sur leur propre prise d’alcool et leur magnifiques enfants … limite j’étais une veille rabat joie enceinte ! On m’a fichu la paix après l’intervention d’un ami, indiquant que j’étais une petite buveuse contrairement à elles et que ne pas boire pendant 9 mois ne me posait aucun problème. Bref comme pour tout, faire différemment des autres et très (trop) souvent vécu comme une critique de leur choix. Et c’est agaçant.

  • Reply vanessa 20 septembre 2017 at 13:38

    Je parle de l’allaitement là et non de la grossesse donc !

  • Reply Sophia 20 septembre 2017 at 14:08

    Bonjour!
    Enceinte de 5 mois après 3ans d’attente je ne me suis jamais posé la question de boire ou pas ça coulait de source! Malgré que je sois une fêtarde l’alcool ne me manque pas et donc je n’ai aucun problème à ne pas en boire et d’ailleurs mon entourage ne m’en a jamais proposé!
    Par contre la cigarette c’est beaucoup plus difficile… après en avoir parlé avec mon gyneco et maaf sage femme on s’est mis d’accord pour 5 cigarettes par jour.. ça petit paraître énorme pour certaines (fumeuse ou non) mais pour moi c’est important. On peut me dire que ce n’est que 9mois que j’ai eu du mal à l’avoir et que je dois mettre toutes les chances de mon côté mais 2 n’y arrive pas à moins de me mettre en tension pas possible. Alors je peux comprendre les femmes qui pourraient avoir du mal à arrêter l’alcool si c’est une addiction comme pour la cigarette mais n’étant pas concernée c’est difficile de juger.. en tout cas bon courage aux femmes enceintes concernées par l’alcool ou le tabac
    Et pour celles qui ne le sont pas (je parle des mamans qui n’ont jamais fumé ou bu pendant la grossesse) éviter vos jugements trop atif et laisser la place aux personnes concernées
    Ps: un conseil ne doit pas blesser
    Paix amour et rocknroll

  • Reply Katy 21 septembre 2017 at 18:32

    Hello Stéphanie,
    Je n’ai jamais été maman, je ne suis pas enceinte et ce n’est pas dans mes projets immédiats mais ce sont des sujets qui me touchent particulièrement, je suis totalement d’accord avec toi et cette campagne est assez nécessaire semble-t-il. Je ne pensais pas qu’on pouvait se poser la question concernant la consommation d’alcool ou même de tabac pendant la grossesse.
    Il me semblait assez logique pour moi de ne pas consommer d’alcool étant donné que , avec la nourriture, c’est l’une des seules choses qu’on choisi de ne pas ingérer. Je veux dire, on décide de boire un verre ou de ne pas le boire, donc on agit sciemment. Contrairement au tabac et la fumée qui nous environne, on peut très souvent être fumeur passif, même enceinte. Je n’ai pas de pierre à apporter à l’édifice mais je réagis simplement suite à ton message sur instagram, concernant la mauvaise intrerprétation qui a pu être faite de ton article. Je ne le trouve en rien moralisateur, il me semble même évident et je dirais même prévenant, je trouve qu’il est important de rappeler ces petites choses, qui peuvent, d’après mon expérience, faire toute la différence, surtout lorsqu’on sait qu’on est enceinte. Bien que pour certaines, cela soit évident. Ou comme ont pu le dire certains professionnels le fait qu’un verre de temps en temps ne fasse pas de mal, ça me fait juste me poser des questions sur la place de l’alcool dans notre société. Est-ce si important que ça? Ou est-ce un moyen de revendiquer une sorte de liberté?
    Bravo pour ta démarche, en tout cas. J’ai pour habitude de réagir aux posts mode etc mais le sujet méritait réflexion.
    La biise!

  • Répondre